Rechercher
  • ENGEL

Review « Mud » Whiskey Myers

RETOU
" Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses.» Clint Eastwood, Le Bon, la Brute et le Truand (1966), écrit par Luciano Vincenzoni, Sergio Leone


Sorti le 9 septembre 2016 Label: Wiggy Thump Records Sortez les « ‘tiags » et le Jack Daniel’s, ça va sentir la bouse de vache et le cuir de la selle d’un cheval enduit avec la sueur d’un vieux cow-boy mâchouillant sa chique à tabac ! Voici le dernier album des Whiskey Myers : « Mud », en voilà un album bien boueux ! (non non, il ne manque pas le « s »…) Whyskey Myers (nom provenant certainement d’un vieux bourbon distillé par un américain du sud consanguin découpant les étudiantes à la tronçonneuse…) nous fait voyager dans le temps en nous offrant un album à la fois traditionnel et moderne mais toujours très efficace. Traditionnel car imprégné de la vieille country texane qui sonne comme dans les vieux saloons du sud des états unis au siècle dernier pendant la conquête de l’ouest, les riffs de banjo et de guitare folk nous projettent dans les vieux films de western en noir et blanc qui ont bercés l’enfance des plus vieux d’entre nous. Moderne car le quintet introduit sans pudeur des guitares légèrement saturées qui musclent le tout. Même si le mélange entre Gibson Les Paul et Fender Stratocaster a de quoi donner des frissons aux puristes, ça sonne du feu de Dieu. Ils multiplient les « honky tonk » et les plans au « bottle neck » sur des pentatoniques endiablées façon « blues-rock » comme seuls les américains savent faire.

Share On pense à ZZ Top, The Allman Brothers, The Georgia Satellites ou encore Gov't Mule, Derek Trucks, Blackberry Smoke… Deux titres sont mêmes co-signés avec Rich Robinson (guitariste des Black Crowes) De la country, du blues, du Rock, mais pas que ! Le groupe amène même des cuivres sur Lightning Bugs and Rain qui ont clairement une connotation funky… Sur d’autres morceaux le violon fait son apparition (On the river et Hank), toujours dans la pure tradition « western », à mi-chemin entre la ballade irlandaise et l’andalouse, c’est que du bonheur ! Il y a même une ballade au piano sur Stone qui sonne très Pop. Ils sont forts ! Ils savent tout faire les Whiskey Myers ! Ce sont les magiciens de la fusion musicale, chapeau les mecs ! C’est du lourd, la production est monstrueuse (Dave Cobb qui a produit Chris Stapleton, Rival Sons…), on en a clairement pour notre argent ! Gros son hyper bien équilibré, on entend clairement tout le monde, sur certains morceaux ils sont jusqu’à 8 musiciens à jouer simultanément. Pour ceux qui aiment les duels au soleil, la vieille clope au bout des lèvres, les chevauchées sauvages dans les plaines du Mississipi, le nettoyage de corral à la pelle ou manger un plat d’haricots rouges au milieu du désert, cet album est pour vous ! Pour les autres, hé bien ce sera le plaisir de découvrir un autre genre musical parfaitement remis au goût du jour par l’équipe des Whiskey Myers, car quoi qu’on en dise, c’est d’la sacré bon son que v’là crévindiou ! Tristan




Mots-clés :