KAMELOT THE SHADOW THEORY 

 

par Tristan le viking 18/05/2018

Tommy Karevik: vocals/Thomas Youngblood :guitars/Sean Tibbetts:bass/Oliver Palotai:keyboards/Johan Nunez:drums

TRACKLISTING :
1. La Mission

2. Phantom Divine (Shadow Empire)
3. RavenLight 
4. Amnesiac

5. Burns To Embrace

6. In Twilight Hours

7. Kevlar Skin

8. Static 
9. MindFall Remedy

10. Stories Unheard

11. Vespertine (My Crimson Bride)

12. The Proud and The Broken

13. Ministrium (Shadow Key)

The Shadow Theory

sorti le 6 Avril, 2018 chez Napalm Records

12e opus du groupe de power mélodique symphonique (ça fait beaucoup de « ique »...) qui reste une référence dans le genre, à l’instar des Evergrey, Symphony X et autre Rapsody of Fire (spéciale dédicace à Tom).

Après le départ de Roy, impressionnant chanteur à la technique parfaite, on aurait pu avoir peur pour l’avenir du groupe, mais tel le Phoenix renaissant de ses cendres, ou encore comme Nightwish, Stratovarius, Black Sabbath, Iron Maiden, Iced Earth ou bien d’autres, la notion de frontman tout puissant est finalement bien surfaite et personne n’est irremplaçable (sauf Dimebag Darel ! mais ce n’est pas un chanteur c’est pour ça… Ok je sors). Du moment que le groupe a une proposition sincère à faire à ses fans, tout est possible.

Vous allez dire, il tourne en rond le Tristan, quand est-ce qu’il parle de l’album ? Il remplit des lignes c’est pénible à lire.

Pas de panique j’y arrive !

Bon alors, tout d’abord, il est court, 11 titres d’une durée moyenne de 3mn30 dont une intro de 1min30. Fini les albums-fleuve avec des titres de 11mn qui racontaient une histoire, c’est dommage, Kamelot nous avait habitué à plus d’abondance.

Bon vous allez me dire, la quantité on s’en fout s’il y a la qualité et vous avez raison lecteur avisé et empreint d’une grande sagesse que vous êtes !

En effet, c’est un album de bonne facture, ce que Kamelot sait faire, c’est précis, les symphonies sont efficaces et carrées, les musiciens talentueux, les soli s’enchaînent avec virtuosité.

Quelques titres sortent du lot : « Amnesiac » avec son refrain entêtant, « Burns to Embrace » avec ses sonorités celtes, « In Twilight Hours » et son duo avec Jennifer Haben (bon, après on n’est pas transporté non plus…) et « MindFall Remedy » où Lauren Hart apporte son growl pour un peu de variété dans la ligne de chant.

Un album qui se laisse agréablement écouter donc, c’est épique, c’est symphonique, c’est beau et sans accrocs mais tout cela manque cruellement d’originalité, pas de prise de risque de la part du groupe.

Bonne écoute à tous !

 

Tristan Le Viking

FOLLOW :

LAISSER UN COMMENTAIRE

logo-hellfest.png
unnamed (1).png