« Overcrowded in our miiiiiiinds ! ». Il y avait foule, en effet, et pas seulement dans les esprits,  hier soir à Stereolux (Nantes) pour venir se faire massacrer les oreilles par Gojira, le célèbre quatuor bayonnais qui porte bien haut les couleurs du metal français !

 

Tellement foule que c’était full : sold-out, complet !

 

Sixième album, Magma Tour… Le monstre originel « Godzilla » a bien grandi depuis qu’il faisait la première partie de Loudblast avec l’album « The link » en 2003 à l’Antipode, la MJC de Cleunay à Rennes !

 

Mais ce qui n’a pas changé, ce sont l’efficacité et la puissance sonore des riffs syncopés et stroboscopiques que nous proposent les Landais, même si Magma prend une tournure plus progressive que les albums précédents. Jo Duplantier puise toujours autant d’énergie dans ses cordes vocales et Jean-Michel Labadie s’énerve toujours autant sur les 4 cordes de sa basse !

 

Une technicité de « ouf » alliée à la sobriété et à la simplicité, à l’image de la force tranquille qui se dégage de Christophe Andreu à la guitare : c’est aussi ça Gojira !

 

Le concert fit donc la part belle au dernier opus : Silvera, Stranded, The cell… Les incontournables de ce disque se sont mariés aux images projetées sur grand écran. Images de glaciers, de montagne, symboles ésotériques…

 

Les amateurs de baleines volantes en auront eu aussi pour leur argent : le très bourrin « The heaviest matter of the universe » ou « Backbone » ont fait bien plaisir aux spectateurs, compensant la frustration de ceux qui auraient voulu un peu d’« Enfant Sauvage »… Eh oui, quel dommage, on ne peut pas caser toute la discographie sur un set d’une heure et demie !.

 

Bon, THE clou du spectacle, c’est quand même la prestation solo de 5 minutes de Mario Duplantier, trônant sur sa batterie, qui explose tout et envoie des roulements dans l’espace, de Mars à Sirius !

 

Et pour finir, pour boucler la boucle, tel l’oroborus, le mythologique serpent qui se mord la queue, une petite dose de « The Way of all Flesh » avec « Vacuity » et « Toxic garbage island », hymne anti-pollution, ode écologiste au monde marin que l’Homme détruit peu à peu…

 

Plastic bag in the seaaaaaaaaaa !  Oui, quand Gojira est là, Sea Shepherd n’est jamais bien loin…

 

Merci à vous, Gojira, d’avoir choisi Nantes dans votre tournée. Bonne continuation pour ce Magma Tour et à bientôt !

Hugo Chereul

  • Facebook - Black Circle

Subscribe on